AccueilBibli Low-techLow-tech : Quelle formation pour y travailler ?

Low-tech : Quelle formation pour y travailler ?

Alors ça y est toi aussi tu as compris que la croissance infinie dans un monde aux ressources et à la biodiversité finies n’existe pas et que le retour à l’anormal n’est donc pas souhaitable ? Tu as entendu parler des low-tech, tu trouves les idées intéressantes et cela fait un moment que tu cherches le moyen de savoir comment travailler pour la démarche ? Tu es au bon endroit ! Laisse-moi t’expliquer comment travailler dans les low-tech, rassure-toi tout le monde a sa place dans cette transition.

Tout le monde peut travailler dans les low-tech

Tout le monde peut travailler dans la low-tech. Pourquoi faut-il insister là-dessus ? Car la première approche que l’on a avec les low-tech au sens strict (lowest-tech) des biens et services (collecteur solaire thermique, four solaire, maison low-tech etc.). Si cette approche peut s’avérer intéressante pour les futurs ingénieurs low-tech, architectes low-tech, agriculteurs low-tech et référent(e)s économie circulaire et low-tech, elle n’est cependant pas idéale puisqu’elle n’ englobera la situation actuelle, ne parlera pas à tout le monde et peut en décourager plus d’un(e). Hors, au vu des grands enjeux de notre temps, nous avons besoin d’une approche globale si nous voulons engager la France dans cette transformation low-tech.

C’est là qu’intervient la démarche low-tech (lower-tech), qui elle se différencie de la « low-tech » au sens strict (lowest-tech). On pourrait donc dire que les low-tech en tant que biens et services découlent de la démarche low-tech. Cette approche nous offre la possibilité d’imaginer ce que serait un numérique plus low-tech, donc d’imaginer des métiers lower-tech en plus des métiers low-tech au sens strict (exemple : Boulanger traditionnel, four low-tech et des farines anciennes, bio et locales). Pour en savoir plus, je t’invite à lire mon article Low-tech : définition et exemples.

Travailler dans les low-tech, c’est ensuite trouver un emploi dans une entreprise dans la démarche Low-tech

Une entreprise dans la démarche low-tech n’est pas seulement une entreprise qui se place sur les enjeux écologiques, elle se doit d’être compatible 2030 – 2050. Prenons un exemple : nous pratiquerons probablement tous le métier de jardinier en tant que métier principal ou secondaire dans les décennies à venir. La contrainte énergétique choisie ou subie et ses conséquences sur l’économie Française vont en effet probablement réduire le revenu par habitant. L’énergie va quant à elle coûter de plus en plus chère et une agriculture réellement durable (donc entre autres plus intensive en main d’œuvre) entraînera logiquement une hausse des prix des produits alimentaires. Problème le budget des ménages Français comportera encore des budgets difficilement compressibles (loyer, électricité, eau etc.).

Effet ciseaux, baisse du revenu par habitant, hausse du budget alimentaire, hausse des prix de l’énergie, d’autres budgets difficilement compressibles, la question d’une production d’une partie de notre alimentation va donc très probablement se poser à un moment ou un autre. La question est de savoir quelle part de notre alimentation va-t-on devoir produire individuellement ? Cette une question importante car cette part (en plus des déplacements plus lents à vélo, temps passer à réparer ses objets, à cuisiner etc.) conditionnera le temps que nous pourrons allouer au travail en entreprise. Voilà le type de question que les entreprises voulant être compatibles 2030 – 2050 doivent se poser dès maintenant, au risque de laisser leurs salariés en dissonance cognitive et construire des modèles économiques incompatibles 2030 – 2050.

Quels métiers d’avenir permettent de travailler dans la démarche Low-tech ? (en cours)

S’orienter afin de travailler dans la démarche Low-tech

Faire une immersion professionnelle ou un stage ? Je suis d’accord que c’est important, mais ce n’est selon moi pas la première étape, car cela te fera perdre de l’argent et un temps fou si tu en viens à la conclusion que le métier ne colle pas à ton tempérament. Il faut donc filtrer tes idées dès le début !

Je te rassure, je vais te présenter un moyen rapide, et efficace de savoir si les métiers qui te viennent en tête sont naturellement faits pour toi ou pas. Je t’invite à lire l’article 16 personnalités : Quel métier est fait pour moi ?, même le célèbre site d’emploi Indeed.com utilise les 16 personnalités pour son guide d’orientation, alors sois curieux(se) et juge par toi même !

La rédaction de cet article m’a pris plusieurs heures, il est issu d’un bel effort de réflexion, et de recherche. J’espère qu’il t’aidera et aidera un de tes proches à l’avenir. Si tu veux me soutenir, faire vivre ce site et participer à la diffusion de la démarche Low-tech, tu as la possibilité de partager cet article et/ou me soutenir sur buymeacoffee ou tipeee.

Protégé par duplichecker.com

Émilien Bournigal
Bonjour ! Moi, c’est Émilien . Particulièrement intéressé par les discours de Philippe Bihouix , Arthur Keller, Agnès Sinaï , ainsi que par les écrits d'Ivan Illich, Lewis Mumford etc., je crois en l'avenir de la ville Low-tech (vivante, frugale et résiliente), elle est d'ailleurs la motivation principale de ma reprise d'études en résilience territoriale. Mes articles seront régulièrement mis à jour au grès de mes échanges avec les acteurs de la démarche Low-tech, de ma progression en rédaction, ainsi qu'au gré de ma réflexion. N'hésitez pas à suivre le hashtag low-tech sur linkedin, c'est porteur d'espoir ! Merci !